vendredi 29 janvier 2010

3 ans!

Il y a 3 ans:


Aujourd'hui:


Il y a 3 ans, après un accouchement surmédicalisé comme il en existe beaucoup (trop! Péri, sanglée sur une table, forceps, déchirures, épisio, poussée dirigée...) naissait un bout de bébé de 3,325kg à 11h31...
Bon anniversaire ma grande!!!

jeudi 28 janvier 2010

Solidarité

Voilà, je transmets le message pour cette action:


La blogosphère et les internautes créatives se mobilisent pour soutenir Haïti suite au séisme. Le principe, 2 semaines pour réaliser une création sur le thème du blanc, symbole de l'innocence, qui sera mis en vente le we du 13 février (15/30 ou 40 euros à la crétrice de définir le prix en fonction du temps passé et du matériel utilisé). Les fonds récoltés grâce à la vente seront entièrement reversés à l'assocation Manusodamy, et affectés à l'achat de matériel pour l'orphelinat de la Médaille Miraculeuse qui doit accueillir très bientôt de nombreux orphelins de Port au Prince.

banniere

Vous souhaitez en savoir plus, participer et/où suivre la vente ? C'est par ici!


Si je trouve le temps et l'inspiration, je ferai peut-être une création.

mardi 26 janvier 2010

Petit oubli cododotal

Petit livre que j'ai lu entre la naissance d'Analie et ma 2e grossesse, et que j'ai trouvé très bien:

J'avais oublié de le mentionner dans mon article d'hier sur le cododo.
Les éditions Jouvence publient pas mal de livres en lien avec le maternage, le bien-être... J'en ai lu plusieurs du même auteur, mais pas seulement. J'ai beaucoup apprécié aussi Qui aime bien vaccine peu.

Bonne lecture!

lundi 25 janvier 2010

2e arrivage

ça y est, j'ai eu mon 2e arrivage de tissus! Ils sont super beaux! Même provenance que la dernière fois.


Et je soupçonne mon 3e arrivage d'attendre à la poste: j'ai trouvé un avis de passage dans ma boîte aux lettres...

Sur le postérieur! Décortiquage d'un vrai/faux sur le cododo

De temps en temps, ça m'amuse de faire les tests et autres quiz sur le site du magazine Parents. En particulier tout ce qui touche au maternage, accouchement nature... Et je ne suis pas toujours d'accord. Mais j'avoue que ce vrai/faux sur le cododo m'a mise sur le postérieur (pour parler poliment!)

Je ne suis pas sûre que la pédopsy qui cautionne le truc ait des enfants ou ait lu grand chose sur le cododo!!!


Le titre du test: Idées reçues sur le co-sleeping

Déjà, pourquoi utiliser l'anglais? On est en France, non? On peut très bien dire cododo...

L'introduction:

Sur les forums de discussion, à la télé, dans les magazines, on parle beaucoup de co-sleeping, cododo, sommeil partagé ou encore bed-sharing ! Parents a enquêté pour vous aider à y voir plus clair sur ces nouvelles pratiques venues des Etats-Unis, qui s’inscrivent dans la mouvance du maternage.

Avec : Myriam Szejer, pédopsychiatre, fondatrice de l’association “La cause des bébés” et auteure de “Si les bébés pouvaient parler…”, éd. Bayard.

En gros, un peu partout on parle de cododo. Un peu partout, on peut lire des âneries aussi bien que des choses fort intéressantes. Le cododo viendrait des Etats-Unis??? Il n'y aurait donc qu'aux Etats-Unis (terre de sauvages???) qu'il se pratique? J'en doute...


(en gras, bien sûr, mes réponses)


Question 1: Le co-dodo, c’est partager de temps en temps son lit ou sa chambre avec son enfant. : vrai/faux

Mauvaise réponse, la bonne réponse est : (b)
Le cododo consiste à dormir régulièrement et la majeure partie de la nuit avec son tout-petit dans le même lit. Fréquent aux Etats-Unis où 45 % des bébés de moins de 6 mois partagent le lit de leur mère au moins trois nuits par semaine. En France, selon des études récentes, 3 % des enfants âgés de 0 à 6 mois dormiraient régulièrement dans le lit parental. Le sommeil partagé est rarement un choix de première intention, mais plutôt un choix lié à des difficultés de sommeil de l’enfant (problèmes d’endormissement ou réveils nocturnes fréquents).


Donc quand on prend occasionnellement son enfant dans son lit (ou que l'on va dormir avec lui, par exemple, suite à un cauchemar ou en cas de maladie), ce n'est pas du cododo. C'est quoi, alors? Une erreur??? En France, des études ont aussi montré qu'il y a plus d'enfants qui dorment avec leurs parents que de parents prêts à l'avouer... Et encore, il ne s'agit là que de ceux qui dorment dans le même lit. Le cododo, c'est avant tout dormir dans la même pièce que ce soit dans le même lit que dans des lits séparés...
Et garder son bébé dans sa chambre, au moins les premiers mois, nous n'avons pas dû être les seuls parents à le choisir avant même la naissance...


Question 2: Dormir avec son nouveau-né, c’est naturel. : vrai/faux

Mauvaise réponse, la bonne réponse est : (b)
Dormir tous ensemble n’est pas naturel mais culturel ! De nombreux parents reconnaissent prendre de temps à autre leur bébé dans leur lit pour une tétée, un câlin, un moment de tendresse, apaiser une colère… Mais l’enfant retrouve vite son berceau et sa chambre, et il ne s’agit pas de co-sleeping. En Asie et en Afrique, en revanche, le sommeil est très souvent partagé, du fait de la faible surface des habitations. Pour une femme africaine ou chinoise dont c’est la culture, dormir avec son bébé est aussi évident que de le porter sur son dos toute la journée. Cette proximité permanente rend les mères ultra-réceptives à leur bébé pendant leur sommeil. Elles ne risquent pas de l’étouffer sous une couette, elles ne boivent pas d’alcool et ne portent pas de parfum qui désorienterait leur tout-petit. Dans la culture occidentale, c’est différent. L’engouement pour le co-sleeping pose problème car on ne peut pas, même si on en a envie, “faire son marché” dans des cultures qui sont sans lien avec nous.


Ce serait donc culturel... Donc, mammifères que nous sommes, nous ne faisons rien de naturel, mais uniquement culturel? J'en déduis également que les chats, chiens, lions, poules... qui dorment avec leurs petits, ce n'est pas par nature mais par culture... La poule sera ravie de l'apprendre...

C'est aussi un peu contradictoire, cette explication...Une asiatique ou une africaine (tiens, je croyais que ça venait des Etats-Unis?) peut être ultra-réceptive à son bébé, mais pas une française? Et pourquoi ne pourrait-on pas « faire son marché » si on estime que certaines pratiques sont mieux que les nôtres? Sûrement que Myriam machin estime que notre culture est mieux que les autres? En quoi, j'aimerais bien le savoir...


Question 3: Le co-sleeping est bénéfique pour les bébés jusqu’à 3 mois. : vrai/faux

Bonne réponse : (a)
Selon l’horloge chronologique élaborée par la psychanalyste Françoise Dolto, les neuf premiers mois aériens après la naissance sont une répétition des neuf mois de vie intra-utérine. In utero, les trois premiers mois de la grossesse correspondent au développement de l’embryon ; puis les six mois restants, l’embryon devient un fœtus et ne fait plus que grandir. Les trois premiers mois de la vie aérienne correspondent à la fabrication du lien social. On peut imaginer que la proximité du corps de sa mère, la nuit, permet au bébé de communiquer avec elle par le contact. Sentir son odeur, ses caresses, entendre sa voix aide l’enfant à traverser ces trois mois dans une ambiance rassurante. Le co-sleeping est alors une option qui a du sens, il est bénéfique pour le bébé et sa maman : les deux sont rassurés. Mais bien entendu, il n’est pas obligatoire de dormir avec son bébé pour être une bonne mère. Chacune fait avec sa sensibilité et sa propre histoire.


Pour moi, les bénéfices du cododo ne s'arrête pas à 3 mois. Myriam machin dit elle-même que bébé se retrouve dans une « ambiance rassurante ». Pourquoi limiter cette ambiance rassurante à 3 mois tout rond, alors? A 3 mois -1j, bébé en a besoin et hop, d'un claquement de doigt, parce qu'il a 3 mois + 1j, il devrait se passer de cette « ambiance rassurante »? Pourquoi?


Question 4: C’est plus pratique pour allaiter. : vrai/faux

Bonne réponse : (a)
Le nouveau-né n’a pas besoin de pleurer longtemps avant d’avoir sa tétée. Les tétées se font dans un climat propice à l’endormissement, il se rendort rapidement et paisiblement, de nombreux bébés tètent même littéralement “en dormant”. Quant à la maman, elle peut donner le sein dans un semi-sommeil, sans se lever, allumer la lumière ni sortir son nourrisson du berceau. Ainsi, ses nuits sont moins hachées et plus réparatrices.


Ah ben là, au moins, on est d'accord... Mais ce n'est pas non plus parce que le bébé arrive aux 3 mois fatidiques qu'il ne têtera plus la nuit... Il n'y a guère que dans les livres que tous les enfants, au sein ou au biberon, ne se réveillent plus du tout la nuit...


Question 5: Le co-sleeping présente des risques. : vrai/faux

Bonne réponse : (a)
Si l’on choisit de pratiquer pendant les premiers mois le co-sleeping, il faut être très, très vigilant. Le danger d’écraser ou d’étouffer involontairement son bébé durant son sommeil existe, a fortiori si l’on est très fatigué, si on a un sommeil très lourd, si on consomme des médicaments ou des boissons alcoolisées qui diminuent la vigilance. Si vous choisissez, malgré tout, le co-sleeping, veillez à adapter au maximum votre lit. Collez-le contre le mur si vous le pouvez ou équipez-le d’une barrière pour éviter les chutes. Vérifiez qu’il n’existe aucun creux entre le cadre du lit et le matelas, dans lequel le nourrisson pourrait tomber et se coincer. Prenez un matelas ferme, ce qui évitera à votre tout-petit de s’y enfoncer. Renoncez aux oreillers et aux couettes, dans lesquels il pourrait s’étouffer. Mettez-lui une gigoteuse et prenez des draps et couvertures individuels. Maintenez une chaleur raisonnable dans la chambre (autour de 19 °C). Sachez enfin que des berceaux qui se fixent directement sur le lit des parents existent : un bon moyen pour craquer pour le co-sleeping sans s’angoisser pour la sécurité de son bébé !


Le cododo présente des risques, certes. Dormir seul dans sa chambre pour un bébé présente des risques aussi... Il a été démontré que le cododo réduit les risques de mort subite du nourrisson. D'une part le bébé qui dort dans la même chambre que ses parents règlent sa respiration (dont le système n'est pas encore mature) sur celle de ses parents. D'autre part, même endormie, la mère reste vigilante et ne se souvient pas au matin avoir vérifié que bébé n'a pas trop chaud ou trop froid, remonté la couverture sur lui, ou, pourquoi pas, enlever ce qu'il a pu se mettre sur le visage...

Bien sûr, quand on dort dans le même lit que son bébé, il vaut mieux éviter alcool, drogue ou médicaments qui diminuent la vigilance... Mais ceci est du bon sens et ce sont des choses qu'il vaut mieux éviter de consommer quand on a à s'occuper d'un bébé, pas seulement pour dormir dans le même lit...

J'avais lu un jour que le cododo avait été diabolisé il y a longtemps (au Moyen Age?) par l'Eglise car des infanticides passaient pour des accidents de cododo (genre chez ceux qui avaient trop de bouches à nourrir alors que la contraception était plus que limitée)...


Question 6: Ça aide le tout-petit à faire ses nuits pendant sa première année. : vrai/faux

Mauvaise réponse, la bonne réponse est : (b)
Cet argument, très souvent avancé par les adeptes du co-sleeping prolongé, ne tient pas. Il est tout à fait normal qu’un enfant de 6 mois ne fasse pas des nuits de dix heures et se réveille. Plus votre bébé est proche de vous, plus la tentation est grande de le prendre quand il ronchonne, ce qui interrompt l’enchaînement naturel de ses cycles de sommeil. De plus, un bébé d’un an n’a pas peur du noir, ce sont les adultes qui redoutent l’obscurité, pour qui le sommeil est synonyme de solitude. Dormir avec son enfant permet aux parents de calmer leurs propres angoisses nocturnes, pas celles de leur enfant qui, encore une fois, à cet âge, n’existent pas ! Dit plus simplement, un bébé n’a pas à devenir le “doudou” de son parent.


A la limite, c'est à la fois vrai et faux, à mes yeux. Ça rassure l'enfant pour qu'il dorme tranquille, mais, pour l'enfant allaité, c'est facile de têter, même en dormant, juste pour se rassurer.

Par contre, je ne me suis pas encore remise de cette histoire du bébé « doudou » de ses parents!!! Mais c'est le grand n'importe quoi! Personnellement, je ne voudrais pas d'un doudou qui me réveille x fois la nuit. Par contre, ma fille, elle, a le droit! A la limite, si l'une est le doudou de l'autre, c'est plutôt moi qui suis le sien (en même temps que sa totote et son garde-manger), pas l'inverse!!!

Que les adultes redoutent plus ou moins l'obscurité, je veux bien.

Que le sommeil soit pour les parents synonyme de solitude, bof... Je pense que la plupart des parents dorment ensemble. Et quand on dort à 2, logiquement, on n'est pas seuls... Et on dort généralement mieux quand on est ensemble. Mais l'enfant, lui, sous prétexte qu'il est un enfant devrait absolument dormir seul?

Le bébé n'a peut-être pas d'angoisse nocturne, mais il peut avoir une angoisse de solitude, peut-être? Après 9 mois dans le ventre de sa mère, tout d'un coup il devrait se retrouver absolument seul? S'il pleure quand il est seul, c'est peut-être aussi que ça le ramène à des peurs innées et anciennes: il fut une époque où un bébé seul était un bébé exposé aux dangers des bêtes, sans possibilité de se défendre?


Question 7: On doit commencer la transition dans son propre lit à partir de 3 mois. : vrai/faux

Mauvaise réponse, la bonne réponse est : (a)
Lorsqu’on pratique le cododo, on sait, qu’à terme, l’enfant va devenir plus autonome et fera ses nuits seul. Il est facile de réussir cette transition en douceur si on choisit bien le moment. Bien entendu, il faut d’abord être sûr de soi, ferme dans sa résolution de passer le cap du cododo. Pour que la transition ne soit pas trop brutale pour le bébé, de nombreux parents commencent par faire dormir l’enfant dans un berceau, tout près de leur lit pendant quelque temps. La proximité permet à la mère de répondre rapidement aux besoins de son bébé lors des réveils nocturnes et permet à l’enfant de s’habituer à dormir dans un lit séparé. Dans un deuxième temps, le berceau est plus éloigné, placé dans un espace de la chambre aménagé pour lui. Enfin, il est transféré dans sa propre chambre. Pour que cela fonctionne, il faut accepter de devoir se lever pour aller réconforter son enfant s’il s’éveille la nuit, accepter de l’entendre pleurer un peu, le temps qu’il s’adapte à sa nouvelle façon de dormir. Une fois qu’il y est adapté, vers 6 mois au plus tard, tout le monde passe de belles nuits.


D'abord: pourquoi 3 mois???

Ensuite, pour éloigner, dans la même chambre, progressivement le berceau de l'enfant, il faut déjà que la chambre soit grande...

Et si à 6 mois il pleure encore? Ou s'il lui faut 3 mois pour s'habituer, à pleurer, c'est Myriam machin qui viendra le bercer ou qui ira bosser à la place des parents qui seront décalqués parce que bébé aura beaucoup pleuré pendant la nuit ou qui s'occupera du/des grand(s) qui, du coup, ne peuvent pas dormir non plus? Elle nous dira sûrement qu'il faut laisser pleurer bébé, que ça lui fait les poumons? Personnellement, d'entendre pleurer une de mes filles, ça me tord les tripes. Et je pense que c'est pareil pour leur père. Si elles pleurent, c'est qu'elles ont besoin de quelque chose, ne serait-ce que de contact ou de câlins.


Question 8: Si la transition se passe mal, c’est que l’enfant n’est pas prêt. : vrai/faux

Mauvaise réponse, la bonne réponse est : (b)
Certains parents ont l’impression que ce n’est jamais le bon moment pour faire la transition. Ils éprouvent des difficultés à renoncer au co-sleeping tout simplement parce qu’ils sont anxieux. Avant même de transférer l’enfant dans son lit, la maman s’inquiète de sa réaction, forcément négative… Il se crée alors une relation de co-dépendance entre l’enfant et sa mère. L’enfant perçoit l’anxiété maternelle, il y réagit en pleurant, confirmant faussement à sa mère qu’il n’est pas prêt à dormir dans son propre lit alors que c’est elle qui ne se sent pas encore prête ! Le cododo qui devait sécuriser l’enfant a pour effet collatéral de le rendre anxieux.


C'est le cododo qui rend l'enfant anxieux? Ou le fait de vouloir y mettre fin?

Si on en croit Myriam machin, c'est la faute de la mère, alors? Aldo Naouri (le peu que j'ai lu de lui, je ne peux pas le piffer...) et Marion machin, même combat: tout est la faute de la mère, les mères sont mauvaises, méchantes et néfastes!


Question 9: L’enfant exprime lui-même son désir de dormir seul. : vrai/faux

Mauvaise réponse, la bonne réponse est : (b)
C’est aux parents de signifier à leur enfant, bien avant qu’il puisse parler, qu’il est temps de dormir dans son propre lit, de passer à un autre stade. Même chez les animaux, les femelles rabrouent à un moment donné leur petit quand il approche de la mamelle, lui signifiant ainsi que le temps est passé, qu’il doit grandir, devenir indépendant, progresser. C’est la vie ! Pour les petits humains, c’est exactement pareil, le père et la mère doivent lui dire : « Ça, c’est fini ! », lui mettre les limites qui vont le structurer. Plus on recule l’échéance, plus on prolonge le cododo, et plus on s’expose à ce que l’enfant développe de véritables troubles du sommeil : il ne s’endort jamais seul, il se réveille plusieurs fois par nuit, il pleure quand on le met dans son lit… Pour éviter que les conflits autour du coucher ne s’installent, il est essentiel de ne pas prolonger le co-sleeping au-delà de 6 mois.


Si elle avait lu 2-3 études et écouté des parents ayant cododoté, elle aurait peut-être appris, Myriam machin, que les enfants, à un moment donné, exprime leur souhait de dormir seul... Mais plutôt vers 2-4 ans, voire un peu plus tard...

Chez les animaux, les femelles rabrouent peut-être leur petit au moment du sevrage... Or une chercheuse avait calculé, à partir de plusieurs espèces d'animaux, qu'en comparaison, le sevrage naturel chez l'humain intervient entre 2 et 7 ans... Bien après les 3 à 6 mois mentionnés plusieurs fois dans ce test...


Question 10: Ça fragilise le couple parental. : vrai/faux

Mauvaise réponse, la bonne réponse est : (a)
Difficile en effet de retrouver une intimité sensuelle d’abord, sexuelle ensuite, avec son tout-petit endormi au milieu du lit ! L’argument qu’un bébé qui dort ne s’aperçoit de rien quand ses parents se caressent et/ou font l’amour est faux, il perçoit des choses dans son sommeil, son inconscient est présent même s’il dort. Dans notre culture, ce que font les parents la nuit dans leur lit ne regarde absolument pas les enfants ! Le fait de comprendre et d’accepter que la chambre des parents, et bien sûr leur lit, sont des espaces intimes qui leur sont réservés, aide l’enfant à s’individualiser et à investir son propre espace.


  1. Si le couple se retrouve uniquement sur le sexe, c'est bien triste...

  2. Il n'y a pas que le lit pour les rapports sexuels! Un peu d'imagination, que diable!!! Sûrement que le lit est le seul lieu du sexe dans notre culture (puisqu'elle y tient, à ce côté culturel...)


Question 11: Le co-sleeping prolongé est souvent une décision de la mère. : vrai/faux

Bonne réponse : (a)
Quelle est la place du père dans le dispositif du co-sleeping ? C’est une vraie question. Le plus souvent, il est en accord avec sa compagne les trois premiers mois. Mais si la maman, très fusionnelle avec son bébé, prolonge le co-sleeping, il n’est pas rare qu’il se retrouve à dormir sur le canapé. C’est à lui d’intervenir fermement et de revendiquer son statut de père et de compagnon en disant à la mère : « Je ne veux plus de lui dans notre lit ». Redonner sa place au couple parental, reconquérir son intimité à deux est indispensable pour l’équilibre de la relation amoureuse. Et pour l’enfant qui doit être mis à sa place d’enfant pour bien grandir.


L'autorité paternelle contre la mère fusionnelle... J'ai sûrement une exception à la maison, alors, puisqu'au bout de 8 mois de cododo, ben il dort toujours avec nous!!! Certes, il râle un peu lors de nuits plus difficiles... Il paraît même que certains papas, beaucoup absents en raison de leur travail, apprécient de cododoter car il n'y a que la nuit qu'ils peuvent être avec leur enfant... Ce sont sûrement des extraterrestres...

Analie va avoir 3 ans, il m'arrive encore de cododoter occasionnellement avec elle sur le matin. Elle a un bon gros matelas avec oreillers et coussins dans sa chambre. Il y a des moments où elle en a besoin (et c'est quand même beaucoup plus simple de m'allonger sous une couette avec elle que de me geler à la bercer en vain pendant ¾ d'heure-1 heure). Sûrement qu'elle sera névrosée plus tard... Et Madalen aussi...

On a cododoté moins longtemps avec Analie qu'avec Madalen parce qu'il « fallait » l'habituer à son lit, à dormir seule pour chez la nounou... Les « bons » conseils qu'on reçoit facilement et qu'on a tendance à écouter pour le premier enfant...N'étant quasiment pas allaitée, elle ne têtait plus la nuit, par contre. Madalen, que j'ai bien moins lâchée, s'est adaptée bien plus vite chez la nounou... A essayer de l'« écarter » un peu de moi l'été dernier, on s'est surtout pris la tête... On a pu la poser pour ses siestes quand elle est allée chez la nounou.


Eh oui, aujourd'hui, je vous ai pondu tout un pavé, mais c'est vrai que ce test m'avait bien remontée! Que des parents ne veuillent pas cododoter, je le conçois tout à fait. Mais que ce ne soit pas à cause d'âneries de ce genre!!! Le ton qui se veut vérité péremptoire et absolue: "on doit", "il faut"...

Il faut aussi se faire confiance et faire confiance à la nature, qui est souvent bien faite! Pédopsy et autres pédiatres voulant généraliser, laissez donc les parents faire comme ils le veulent, comme ils le sentent sans les faire culpabiliser!!! Ce sont les parents qui vivent avec leurs enfants et sont le mieux placés pour savoir ce dont ils ont besoin!


Et pour info, un site bien informé sur le cododo: http://cododo.free.fr/

mercredi 20 janvier 2010

Le chat est-il intelligent?

Je ne parle pas du même chat qu'Ingliche Titcheur qui a publié un excellent billet. Il paraît que le chat est intelligent... Mais parfois, il est permis d'en douter...



Un peu toc-toc, non? J'ai toujours dit qu'il n'y avait pas plus couillon qu'un chat...
On a eu aussi Didy qui dort dans les lavabos, chasse la brioche ou le jambon blanc (ça va, ça ne court pas trop vite), Kitty qui se fait nourrir au surimi par Analie... Et sûrement plein d'autres choses que j'ai oubliées...
Je suis sûre que vous êtes nombreux à pouvoir donner des exemples de couillonitude des chats en commentaires!

Tissus: 1er arrivage

On m'a déjà demandé une photo des tissus que j'ai commandés avant même leur arrivée (oui, Clo, je parle bien de toi...). Voici donc le 1er arrivage...


J'attends encore 2 arrivages comme ça... Celui-là vient de . Et non, ça ne se voit pas que j'ai des filles à la maison...

dimanche 17 janvier 2010

Trop dure la vie...

Vu le froid polaire auquel on a eu droit récemment, nous avons eu pitié de Kitty: elle rentre maintenant à la maison, pour le plus grand plaisir d'Analie.
Cette dernière a eu à Noël un fauteuil Hello Kitty... adopté d'emblée par notre Kitty à nous. La preuve en image:


Le plus gros dilemme de la bête: fauteuil à son nom ou fauteuil du bureau??? Ah la la, c'est vraiment pas facile, la vie de chat dans nos contrées!!!

samedi 16 janvier 2010

Donaldisées!!!

Grâce à un plaid polaire offert par Yves Rocher et grâce à ce tuto, j'ai réalisé 2 tuniques assorties pour les filles. J'ai transformé la tunique à encolure boutonnée des IPE en "Donald", selon le nom d'un célèbre patron de Citronille. Réalisé en 4 ans pour Analie et sur la base du 2 ans des mauvaises planches des IPE pour Madalen. Elles leur vont parfaitement.
Terminées par du biais (Kitty pour l'une, blanc tout simple pour l'autre) au col, aux manches et pour le bas.
Thème de saison. Elles sont adorables, toutes les 2 ainsi!!!


jeudi 14 janvier 2010

Nouveau surnom

Depuis que mon beau-père a assisté à l'inauguration de la nouvelle attraction du Futuroscope, il a trouvé un nouveau surnom à Madalen: Minimoy... La demoiselle n'a pas l'air de s'en plaindre. Elle tient de mieux en mieux debout quand on la tient (puisque c'est quand même + marrant de se mettre debout que de rester assise) et adore se remuer le popotin!

lundi 11 janvier 2010

Croustillants pommes-framboises

Dans la recette de base, ce sont des myrtilles, mais je n'avais que des framboises dans le congélateur. ça a donc fait l'affaire. Si j'avais pensé plus tôt que j'avais de l'ananas dans le frigo, j'en aurais mis aussi.

Pour ces croustillants, il faut (pour 6 personnes):
  • 400g de myrtilles
  • 400g de pommes pelées, épépinées et coupées en rondelles
  • 2 cuillérées à café de zeste de citron râpé (je n'en ai pas mis)
  • 2 cuillérées à soupe de beurre ramoli
  • 1 cuillérée à soupe de sucre de canne
  • 40g de pétales de maïs soufflé
  • 1 cuillérée à soupe de graines de sésame
Mélanger les myrtilles, les pommes et le zeste de citron, puis disposer le tout dans un plat de cuisson.
Couvrir ensuite avec le beurre, le sucre et les pétales de maïs mélangés. Parsemez de graines de sésame et passer au four à 180° (th.6) environ 20 minutes. La surface du plat doit être dorée et croustillante.

Et voilà le résultat:


Bon, sain et simple, que demander de plus?
Comme nous sommes gourmands, hier soir, nous en avons mangé avec un flan parfumé au citron: les 2 se marient très bien. Je pense que l'on peut y mettre n'importe quel fruit, un peu comme un crumble.

Bon appétit!

Deux nouvelles recrues dans notre cuisine

Deux petites nouvelles ont fait leur apparition samedi dans notre cuisine. Tout d'abord, notre cadeau de Noël: la fontaine à eau gazeuse et sa ribambelle de concentrés pour faire nos sodas. Déjà testés: poire-miel et orange sanguine. Adoptés!!!


Ensuite, pour renouveler ma bonne vieille balance de cuisine de + de 10 ans et pas précise du tout, une jolie nouvelle balance toute mignonne et bien précise.


La classe, non?

Par laquelle commencer?


A gauche, brioche aux épices. A droite, brioche aux écorces d'orange. Les 2 ont l'air bien appétissantes. Cruel dilemme: par laquelle commencer???
Nous avons opté pour celle à l'orange. 2 mots suffisent: miam miam! Si l'autre est aussi bonne, on va se régaler à la maison!

vendredi 8 janvier 2010

Petit bonheur du jour

Ce midi, j'ai pris le temps d'aller faire un petit tour de soldes. Au programme: Okaïdi, Sergent Major, Petit Bateau pour les filles, Camaïeu, Etam et Etam lingerie pour moi. J'ai trouvé quelques bricoles pour Madalen (2 gilets et un pyjama) et bien rigolé devant certains vêtements qu'Analie refuserait de mettre (et comme je la comprends!)
Tandis que je flânais à Etam lingerie, sans m'y attendre le moins du monde, je me suis retrouvée nez à "nez" avec des pyjamas d'allaitement!!! -40 à -50%, intéressant. Pas gnan-gnan, en plus! Je me suis donc offert un pantalon et 2 hauts de pyjama (un débardeur comme j'aime et un t-shirt pour ne plus avoir les épaules à l'air les nuits bien fraîches). Depuis plusieurs mois, je tournais avec 1 seul pyjama: lavé, séché, remis, il faut bien calculer le timing (et vive le sèche linge!). Bref, me voici donc avec un nouveau pyjama tout beau!

mercredi 6 janvier 2010

Quand Madalen reçoit dans son parc...

Le mois dernier, nous avons pu rencontrer Artus et ses parents. Samedi, c'est une autre copine de forum que nous avons reçu, avec mari et enfants: Clotilde, Alex, Emmy (8 mois) et Zoé (4 ans et des brouettes, pleine d'énergie et de bagou).
Nous les avons accueilli le temps d'un déjeuner bien agréable, entre papotages en tous genres (allaitement, accouchements, couches lavables, couture...), photos et jeux des filles. Madalen a accueilli Emmy dans son parc et Analie a chahuté sur son édredon-ours Kitty avec Zoé (autre fan hellokittesque).



Madalen a bien essayé de "mordre" le pied d'Emmy, pour être sûre qu'elle ne rêvait pas, mais sa "victime" a moyennement apprécié...


Zoé a été ravie de rencontrer Titus. Elle compte bien revenir lui donner une carotte (et ce sera avec plaisir!)


Et les 4 miss qu'on a réussi à choper toutes les 4 sur une même photo (il faut reconnaître qu'il y en a 2 qui ne courent pas encore trop vite...)

Madalen future coquine?

Ou déjà bien coquine, plutôt!
Avant-hier soir, j'ai commis l'horrible affront de prendre sa soeur dans mes bras avant elle: on a vu les commissures de ses lèvres s'abaisser et les pleurs arriver (alors qu'elle était jusque là en grande conversation avec papou). Bon d'accord, mamie l'a prise et elle a arrêté de pleurer en cherchant à tout prix à m'attraper, bien sûr.
Quelques instants après, la miss venant de têter, je la donne à son père car Analie réclamait maman à grands cris. Ben rebelote, retour des pleurs, genre "je veux ma mamaaaaaaaaaaaaaaaaaaan, pas papaaaaaaaaaaaaaaaa"...
Le coup des bras à papa, c'est presque tous les soirs: le temps de me mettre en pyjama en à peu près 3 min 30, mademoiselle passe son temps à pleurer plus ou moins fort au son de mamam mamam mamam... L'intensité des décibels varie bien évidemment en fonction de si je suis dans son champ de vision ou non! Vous imaginez à quel point c'est dur d'être ABANDONNEE quelques minutes dans les bras de papa!!!

Il y a aussi les nuits... A part 3 nuits sympas durant les vacances (1 à une têtée, 2 à 2 têtées), Madalen joue le bébé gluon... Difficile de m'écarter d'elle de + de 3 cm (et encore, quand on peut garder le sein en bouche c'est quand même mieux!). Elle tête beaucoup, souvent, longtemps. Ou alors joue avec le sein en s'agitant et en donnant des coups de pieds (et à 7 mois et des brouettes, elle ne manque pas de vigueur). Du coup, je ne dors pas beaucoup. La lune? La crise des 8-9 mois qui approche et les angoisses qui vont avec? Le besoin de contact? Des dents qui commencent à travailler, puisque têter peut avoir un rôle antalgique (et puis bon, des dents qui commencent à travailler à son âge, ça n'a rien d'étonnant ni d'extraordinaire. Mais au vu de ses gencives, rien à l'horizon)? L'éveil? Un peu de tout ça?
Du mieux cette nuit: elle n'a pas forcément têté moins souvent mais moins longtemps et plus calmement à chaque fois. Et il semble que je me sois rendormie pendant une têtée.

Sinon, elle tient maintenant super bien assise (mais n'arrive pas encore à s'asseoir seule), se secoue bien le popotin et veut absolument se mettre debout pour se le secouer... Elle pousse des petits cris quand elle joue à base de Euh? Ah? Oh? plus ou moins fort et plus ou moins longs, c'est assez marrant.

Le regard n'est-il pas coquin à souhait?

samedi 2 janvier 2010

Réveillon du Nouvel An

Pour le réveillon 2009-2010, nous nous sommes retrouvés entre amis dans un gîte à St-Georges-sur-Cher, dans le Loir-et-Cher. Et c'était bien sympa! Le thème, c'était la mer.
Nous avons donc eu une jolie table, vite squattée par Analie pour manger des "titeurs" (chipsters)


Nous avions notre mini-marin en journée, qui n'a pas eu besoin de costume spécial pour la soirée: elle fait très bien le bébé bernique sur maman rocher...


Mais le chapeau de marin de la marraine à Analie, ben, il est quand même chouette!


Analie avait le même pyjama qu'à Noël: Kitty à la plage (on aperçoit une bouée). Tunique encolure froncée des IPE avec tissu de chez tissu-mercerie, pantalon coupé dans un plaid polaire, mix entre les pantalons taille élastiquée des IPBB et IPE.


Sébastien avec une tunique phare et moi une tunique bateau. Pour Monsieur, tunique coupée sur le gabarit d'un t-shirt, patte de boutonnage et col à ma façon, tissu de chez tissu-mercerie, boutons phare en bois de MT. Pour moi, tunique d'après le modèle Petula de Citronille (patron utilisé pour les tuniques de ma BM et de ma tante à Noël), tissu de même provenance que la précédente, j'ai rajouté une patte de boutonnage et mis des boutons en bois ancre de chez MT. Comment allier thème de la soirée, confort et allaitement... J'ai réalisé les 2 tuniques les 29 et 30 décembre et cousu les boutons le 31 dans la voiture...


Nous avons bien mangé: cake, pains surprise, crevettes, tartes salées, cuillères apéritives, fromages, mignardises, excellentes truffes de Sandrine (j'attends la recette!!!). Une partie des restes a fait le repas du 1er avant de reprendre la route...

Il y avait le coin enfants, puisque, outre Analie (35 mois) et Madalen (7 mois), il y avait Clément et ses bouclettes (18 mois) et Henri (13 mois).


(Henri porte d'ailleurs le gilet-bateau que je lui ai fait pour son anniversaire)

La nuit fut courte: couchée vers 2h, levée vers 6h15 avec 2 miss en forme, pour laisser papa dormir un peu (de 3 à 8, en gros). Entre 6 et 7, on pouvait voir ça:


Analie occupée avec son kit de dessin Hello Kitty offert par sa marraine.


Et Madalen au milieu de ses jouets... Certains étaient encore à jouer autour de la table et ne se sont pas couchés...

Analie a bien joué avec Clément (une vraie meute de lions à eux 2!) et Madalen et Henri se sont mutuellement dragués... On a même frôlé le bisou sur la bouche!!! C'était génial de les voir tous les 4!

Nous sommes repartis en début d'après-midi le 1er: Madalen s'est endormie avant la sortie de St-Georges et Analie a pris son biberon puis dodo... On a rallongé un peu le trajet à l'approche de la maison pour rallonger les siestes, avant d'aller goûter des galettes des rois chez papou et mamie...

Encore de bons souvenirs engrangés!!!

Analie est une grande fille

3 ans à la fin du mois, ça veut bien dire grande fille, non?
Déjà, elle commence à m'aider en cuisine: j'ai adoré cuisiner avec elle. Elle goûte plein de choses, boit le thé à mamie, par exemple.



Elle boit le jus d'ananas qu'il reste dans la boîte.


Et pour peu qu'elle trouve un coussinet d'allaitement, elle le met dans son t-shirt, c'est trop drôle!!! Et elle sait très bien où ça va! Quand donnera-t-elle le sein à ses poupons?

En cuisine avec maman

Ce matin et pour la première fois, Analie m'a aidé en cuisine. Nous avons fait un gâteau à l'ananas, que ma maman faisait régulièrement quand j'étais petite (autant je ne suis pas toujours (souvent?) d'accord avec elle, autant je ne pense pas avoir déjà dit non à ce gâteau...). J'ai mis les ingrédients dans le saladier et Analie a mélangé puis m'a aidé à verser la pâte dans le plat. J'espère que cela plaira à nos invités de ce midi!



Voici la recette du gâteau à l'ananas:
  • 100g de sucre (j'ai tenté en partie sucre au citron, en partie sirop d'agave, on va bien voir...)
  • 100g de beurre
  • 200g de farine (on a tenté avec moins, on va bien voir aussi)
  • 1 paquet de levure
  • 2 oeufs
  • 2 ou 3 cuillérées de crème ou de lait
  • 1 boîte d'ananas en tranche
Mélanger le sucre, le beurre fondu, la farine, les oeufs, le lait et la levure. Mettre la pâte dans un moule beurré, poser les tranches d'ananas sur la pâte et enfourner pendant 1/2 heure à environ 180° (th.6).
Après la sortie du four, arroser (ou non) le gâteau avec le jus d'ananas.

La pâte, en principe, passe un peu au-dessus des tranches sur les côtés et le milieu et c'est joli.
On peut le faire avec d'autres fruits au sirop (j'ai déjà tenté abricot et c'était bon). On peut aussi rajouter des pépites de chocolat dans la pâte...

Bon appétit!

vendredi 1 janvier 2010

2010

BONNE ANNEE A TOUS!
Que 2010 vous apporte bonheur, joie, santé, amour, sommeil...